Dragon – WS La capture par Satine

La capture

WS Acte 1 : L’art de la chasse

Il apprend. Il apprend, comme le lionceau de sa mère, les gestes techniques qui lui permettront d’attraper une proie sans lui faire mal. Que ce soit par la taille, le bras ou la jambe. Milles et une façon de l’attraper avec une corde. Apprendre à être conscient de l’impact de la corde sur son partenaire, apprendre à supprimer les gestes inutiles. Souplesse, agilité, détermination, finesse, c’est l’enseignement de Dragon.

 

WS Acte 2 : Le jeu

Je l’ai vu, il m’a regardé. Il s’approche. Je suis fascinée par son regard. D’un geste vif, sûr, il m’a attrapé, déploie une corde, l’enroule comme un ruban autour de mon poignet ou de ma taille. Il s’est éloigné. Ouf, je respire. Il me regarde toujours, je soutiens son regard. Je résiste, de toute mon âme, de tout mon corps, je cherche une échappatoire, une faille. Je suis prête à m’échapper. Mais le nœud qui retiens cette corde est petit, défini, compact, impossible à défaire. Il me regarde. Il me scrute, il s’enfonce dans mon âme, plus profond, si profondément que je ne peux plus soutenir son regard. Je ferme les yeux, je me recroqueville, je ne veux plus le voir. Il s’approche, je sens son souffle sur mon cou.  Il fait bouger la corde. Il fait de moi son pantin, son jouet. Il est plus fort que moi. Je ne veux pas ouvrir les yeux, je lutte, mon cerveau se brouille, je m’épuise – pitié – je fini par quémander sa merci d’un simple regard. Le chasseur a pris le pouvoir sur mon corps et sur mon esprit.

 

WS Acte 3 : La rédemption

Alors sa corde épouse mes formes d’un mouvement fluide, comme le ferai un serpent. Il joue avec mon corps et sa corde comme d’un instrument de musique. Je sais ses mains, son regard, son souffle, sa présence. Forte, lento, sa corde s’enfonce sur ma peau, nos souffles deviennent court, parfois, un râle sort de ma gorge – Pianissimo, allegro, sa corde virtuose se fait plus légère qu’une plume et nos souffles se confondent. Nos regards se sont liés, nous sommes une musique, nous sommes une seule âme, je ne suis plus une proie, je suis … sa capture.

Au travers de ce workshop, Dragon nous a invité par l’entremise du jeu à oublier (un peu) la technique pour mieux retrouver l’essence du kinbaku : intensité, sensations, partage et émotions.  Sublime.

 

Satine

Facebooktwittergoogle_plusredditpinteresttumblrmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinteresttumblrmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *