WS Andrea – Weekend complet

Un week-end chez les dingues.
Report WorkShop @AndreaRopes du 3 et 4 février 2018 avec l’Association @LyonShibari.

Un petit message sur FetLife où @Gabite666 me propose un workshop sur Lyon, un flottement parce que j’ai pris d’autres engagements et je dis : Banco, on y va.
On se calle en ligne pour qu’il passe dormir chez moi à l’aller et au retour pour lui permettre une pause.
Quelques flottements pour s’assurer un logement pour le samedi soir et une errance en ruralité pour @Gabite666 avant qu’il ne trouve mon trou paumé où je le guide par téléphone en cuisinant mon soufflé.
Une soirée plaisante, une courte nuit et nous voilà sur la route avant l’aube d’un samedi matin trop frais à mon goût.
Les kilomètres s’avalent sans peine avec un petit passage compliqué par la neige au niveau du Morvan.
Arrivée sur Lyon sans souci majeur, nous trouvons facilement une place de stationnement et la salle où nous trouvons celle qui sera la modèle du jour pour @AndreaRopes.
Nous profitons de notre avance pour prendre un petit break dans un bar proche.
A notre retour, la modèle n’est plus là mais un couple cherche l’accès au lieu comme nous.
Après un flottement, @vodkagrenadine nous indique l’entrée et nous voilà dans le lieu où nous sommes invités à commander nos repas du midi avant de commencer.

Andrea demande un petit tour de salle pour les présentations. J’apprécie qu’il s’enquiert de la façon dont nous souhaitons être désigné et de nos consentements pour toucher les cordes.
Et les choses commencent avec des harnais de bassin de plusieurs sortes et dont Andrea précise que le but recherché décide de celui à employer.
J’aime son approche des cordes décomplexée et très YKINMK : il n’y a pas de “bonne” façon de placer ses cordes, si l’attacheur sait expliquer et justifier ses choix, il sera toujours OK mais il insiste sur la nécessité de savoir justifier ses choix autrement que par “c’est comme ça”.
Donc il n’y a pas de “bon” harnais, juste des harnais différents en fonction de ce que l’on souhaite faire avec et il s’applique à nous les faire découvrir dans la matinée.
Le dernier harnais me parle bcp et je me place en inversée très facilement et spontanément avec. @Gabite666 attache mes mains à son astucieux anneau et prend quelques photos.
La matinée passe sans qu’on la voit, déjà il est question d’aller déjeuner.

L’association @LyonShibari bénéficie d’un local équipé de nombreux points de suspension en arrière-salle d’un restaurant asiatique avec un petit bar d’accueil où l’association vend des cordes, des ciseaux de sécurité et autres bougies et accessoires divers à des prix plus qu’honnêtes.
Au-delà de cette installation bien pensée, le restaurant permet de manger sur place dans une salle privatisée à des prix avantageux ce qui, outre la qualité et la quantité de ce qui est servi, est aussi une très bonne façon de faire connaissance avec les autres participants pendant le repas.

La pause du midi s’étire un peu puis nous retournons dans la salle dédiée pour continuer notre après-midi sur avec des futomomos. Là, encore Andrea présente plusieurs alternatives expliquant que la but recherché autant que le confort du modèle permettront de décider lequel mettre en place.
C’est assez différent de tout ce que j’ai pu pratiquer en futomomo pour me déstabiliser et aucun ne sera vraiment confortable pour moi.
La journée se termine sans l’avoir vue passer, un flottement quelques discussions et nous décidons de chercher un endroit où nous sustenter avant de revenir pour le show et la jam du soir.
Le quartier est vivant et nous trouvons facilement une brasserie où nous poser, nous discutons de la journée en échangeant nos impressions et notre satisfaction d’être là et de partager ce moment ensemble.

 

 

Texte d’Humeur-Joueuse

Facebooktwittergoogle_plusredditpinteresttumblrmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinteresttumblrmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *